Réglementation : Un portail fourni par le GRD : un frein ou un accélérateur d’efficacité énergétique ?

Certains pays, dont la Suisse, imposent désormais aux GRD (Gestionnaires de Réseaux de Distribution), à plus ou moins court terme, de fournir à leurs clients un portail permettant de visualiser leur consommation. Qu’attendre de cette disposition règlementaire ? Comment va-t-elle influencer le développement des actions d’efficacité énergétique et l’évolution des consciences par rapport aux consommations d’énergie ?

Cette mesure s’inscrit, de toute évidence, dans le sillage de la croyance qui veut que : « voir sa consommation incite à la réduire ». La plupart des tests démontent aujourd’hui cette croyance. Peu compétents, peu motivés, peu incités, peu concernés, les consommateurs n’accordent, par eux mêmes, ni attention, ni temps à leur consommation énergétique. Ils doivent être accompagnés, « coachés ».

Face à toute imposition règlementaire, deux attitudes sont possibles : y répondre au moindre coût ou essayer d’en tirer parti en créant de la valeur.

Dans le cas présent, le GRD, non fournisseur, aura peu d’opportunité pour créer de la valeur pour le consommateur final à partir de la visualisation des données de comptage. Par contre, il développera des applications utilisant ces données et servant ses besoins : en matière d’équilibre de réseau, par exemple.

Il y a fort à parier que les GRDs répondent a minima à cette exigence, c’est à dire fournissent une simple visualisation sans capacité d’analyse, sans donner du sens aux informations.

Je crains trois conséquences :

  • un tel portail risque de décrédibiliser aux yeux des consommateurs l’utilité d’un portail car le premier qu’ils auront à disposition ne génèrera aucun gain.
  • fournir un tel portail gratuitement induit l’idée qu’il n’a pas de valeur. Il sera désormais plus difficile d’en vendre un.
  • il sera également plus difficile aux fournisseurs d’énergie et aux divers prestataires de services de légitimer un second portail en support de leurs services

Chaque fois que possible, un partenariat entre GRD et fournisseurs, pour n’utiliser qu’un seul portail avec des fonctionnalités règlementaires offertes par le GRD et des options créatrices de valeur vendues par les fournisseurs, permettra de réduire l’impact des conséquences attendues.

En parallèle, le législateur tend à rendre le plus indépendants possibles les GRDs des fournisseurs, donc à rendre plus difficiles ce genre d’accord. Cherchez la cohérence !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*