Corona, merci !

J’ai pleinement conscience d’être un brin provocateur avec ce titre. Mais loin de moi, l’idée de manquer de respect à ceux qui ont souffert de cette période. Mais au-delà des aspects négatifs qui ont largement été commentés, la période a été riche d’enseignements. 

En 2015, lors de la COP 21, plusieurs voix s’étaient élevées pour souligner le coût de la transition proposée et son impact sur le PIB mondial, près de 4,5%. Même si elle est pour l’instant vécu et évalué sur un seul trimestre, la crise liée au Coronavirus a un impact supérieur sur les économies occidentales. Nous n’avons pas le choix, nous le subissons mais nul doute que nous trouverons les moyens de surmonter la situation.

A propos de la transition énergétique, de nombreux décideurs, beaucoup de grands consommateurs hésitent à agir et à s’engager par manque de visibilité et face à l’excès d’incertitudes. Mais ne sommes-nous pas aujourd’hui dans la situation la plus incertaine qui soit ? Cela fait plus de deux mois que la gestion de la pandémie est dictée au jour le jour par ce qui a été découvert ou compris dans les deux semaines précédentes à son propos. Nous n’avons pas le choix, nous la subissons mais nul doute que nous trouverons, là aussi, les moyens de surmonter la situation.

Notre capacité de résilience, importante, nous l’avons souvent montré, s’exprime à souhait dans les situations d’urgence. Nous sommes valorisés par notre capacité à agir avec succès comme des pompiers.

La lutte contre le réchauffement climatique et, à un moindre degré, la transition énergétique nous imposent un mode d’action différent. Les risques encourus par la planète ne sont pas du même ordre ; ils sont infiniment plus importants mais ils ne sont pas immédiats. Ils nous obligent à anticiper, à décider sans contrainte immédiate. La crise du Coronavirus nous montre, je l’en remercie, que nous sommes capables d’affronter une situation similaire à celle que nous devrions nous imposer pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique.

Cette lutte aurait également l’avantage d’offrir au monde de nouvelles sources de développement et, probablement, l’opportunité de donner un nouveau souffle à nos modèles vieillissants.

Par ce qu’elle nous a permis de voir et de vivre, cette crise du Coronavirus nous donnera-t-elle ce qui nous manque pour nous engager plus avant dans la transition, pas uniquement énergétique, vers un mode différent : le courage !

Recevez chaque trimestre les articles du blog: 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.