L’efficacité énergétique : priorité n°1 de la transition énergétique ?

Dans de nombreuses circonstances, le développement des énergies renouvelables est présenté comme un pilier fondamental de la transition énergétique. Les associations professionnelles représentant les acteurs des secteurs éoliens et solaires ont gagné en force et mènent un combat acharné pour le développement des filières qu’elles représentent. Certaines ONG célèbres comme Greenpeace relayent cette vision.

Mais est-elle vraiment appropriée ? A-t-on raison de s’engager aussi fortement dans cette voie ?

Il serait inapproprié de dénaturer mon propos : il ne consiste pas à remettre en cause le bien-fondé des énergies renouvelables. La plupart sont indispensables pour lutter, en temps voulu, contre le réchauffement climatique et pour réduire les émissions de CO2 liées au secteur de l’énergie, priorités absolues du moment.

Mais des travaux récents ont montré l’impact du solaire photovoltaïque et des batteries, par exemple, sur le rythme d’exploitation des métaux rares, en très forte progression. Les conséquences écologiques d’une exploitation démesurée ne se mesurent pas à travers les émissions de CO2 mais elles n’en sont pas moins importantes et dramatiques.

Mon propos n’est pas de disserter à l’infini sur l’appréciation des dégâts à venir : ils seront plus ou moins importants mais ils seront. Nous avons suffisamment de témoignages pour être conscients de leur occurrence certaine.

Mon propos est plutôt de prendre conscience, une fois de plus, qu’il n’y a pas de source énergétique idéale, économique, produite localement, disponible en continu et parfaitement respectueuse de l’environnement.

En matière de respect de l’environnement, diversifier les énergies permet, certes, de multiplier les types d’impact sur l’environnement mais d’en diminuer l’intensité. Mais au-delà de la mixité des sources énergétiques, l’énergie impactant le moins l’environnement est celle qu’on ne consomme pas car elle évite les conséquences environnementales de toutes les sources d’énergie possiblement utilisées.

Ainsi, l’impact environnemental de l’efficacité énergétique est universel au même titre que son intérêt économique : j’en fais sans hésitation la priorité n°1 de toute transition énergétique.

Abonnez-vous au blog: 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.