Energéticiens municipaux ou locaux : un casse-tête stratégique (2ème partie)

En complément au post publié il y a deux semaines, je me concentre sur les « utilities » locales non soumises à la séparation des métiers de distribution (domaine régulé), d’une part, de vente et de production (domaine concurrentiel), d’autre part.

La situation de ces énergéticiens non soumis à la séparation de leurs métiers est-elle si différente ? Quels avantages peuvent-ils tirer de la pérennité de leur structure et de leurs activités ? L’apparente « protection » dont ils bénéficient recèlent-elle quelques pièges ?

La séparation des métiers des « utilities » va souvent de pair avec l’ouverture des marchés. Toute collusion entre l’activité gestionnaire de réseau et l’activité vente d’énergie est donc proscrite ce qui interdit des choix d’investissement différent de la part du GRD pour donner plus de valeur à une offre particulière, de service par exemple. Peut-être la proximité des deux activités permettra une meilleure compréhension des enjeux et poussera le GRD à développer une infrastructure plus « riche » …au bénéfice des consommateurs et de tous les fournisseurs.

On peut cependant imaginer, dans un tel cas, que les fournisseurs locaux seront plus prompts à réagir et à développer une offre tirant partie de ces possibilités. Les fournisseurs nationaux investiront moins aisément dans la mesure où ils ne pourront pas répliquer l’offre sur leur champ d’opération complet.

Les énergéticiens locaux auront donc peut-être intérêt à développer une infrastructure aux caractéristiques uniques, par exemple fournissant des données plus fréquentes, plus détaillées : ils donneront peut-être indirectement un avantage à leur activité fournisseur et …à leurs clients.

Cet avantage reste toutefois très théorique : il suppose de la part du GRD une capacité d’investissement significative. Or ces énergéticiens sont de petite taille, ont des revenus limités, ont à faire face à des évolutions règlementaires, technologiques, énergétiques majeures. Il n’est pas certain qu’ils disposent des fonds et des compétences nécessaires. Je crains qu’ils n’aient à se regrouper très rapidement pour bénéficier d’un premier effet volume pour optimiser leurs achats et leurs dépenses de R&D.

Première option : ils se regroupent entre eux, pour tenter de conserver leur indépendance et continuer à développer une différenciation locale. Deuxième option : ils se rejoignent le giron d’un énergéticien plus important, perdent une part de leur indépendance et deviennent une « tête de pont » locale de ce leader.

La première solution risque d’être privilégiée quand l’image locale de l’énergéticien est forte. Il est vrai que son activité GRD peut lui permettre de conserver voire développer cette image même si l’activité fourniture est clairement séparée, car le grand public ne percevra pas ces subtilités et continuera à regarder et considérer l’ensemble des activités de l’énergéticien comme un tout.

Elle pourrait être également choisie par des actionnaires municipaux voulant développer une approche multi-énergies volontariste dans un environnement national segmenté, peu favorable à de telles évolutions. On pourrait observer ce choix entrepreneurial et risqué même pour dans des villes de taille inférieure à 50000 habitants. En cas d’échec, l’énergéticien pourra être repris par un acteur majeur mais ce choix permettra peut-être une migration plus rapide vers des systèmes multi-fluides plus efficaces et une montée en compétence plus efficace de la collectivité territoriale pour de futures interactions plus fructueuses avec les énergéticiens.

La deuxième solution pourrait bien être préférée par les actionnaires locaux sous tension financière ne pouvant assumer le risque d’une transition ratée.

Le fait de rester intégrés, ne sera pas toujours un avantage pour les énergéticiens locaux mais pourrait bien, dans certains cas, rajouter des obstacles supplémentaires sur leur parcours.

Recevez chaque trimestre les articles du blog: 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.