Efficacité énergétique : un concept en pleine mutation

A l’origine, l’efficacité énergétique a été conçue comme la sobriété énergétique, consistant à moins consommer d’énergie.

Bien que la sobriété reste au centre de la notion, de nouvelles conceptions de l’efficacité énergétiques se sont développées et donnent des images très contrastées de cette notion.

Pourquoi donc autant de diversité de points de vue et pourquoi cette évolution ?

L’efficacité énergétique est une bouteille à moitié vide et à moitié pleine, à moitié attractive et à moitié repoussante. Elle représente une opportunité de gains économiques mais elle se traduit pour beaucoup par de nombreuses contraintes.

Selon la moitié de la bouteille considérée par le client consommateur, ce dernier va adopter une approche a minima, visant à strictement respecter les obligations règlementaires et éviter les contraintes ou va s’engager dans une démarche structurée pour maximiser les bénéfices.

Certains offreurs, prestataires de services énergétiques, s’adressent à la première catégorie de client et donnent une définition très restrictive de l’efficacité énergétique, se limitant souvent à un audit et une vague prise de conscience des enjeux…au cas où on détecterait un gisement intéressant de gains. De telles offres limitent les clients et les clients auxquelles elles s’adressent limitent les offres.

Vis à vis des clients peu enclins à consentir des efforts pour réduire leur consommation énergétique, d’autres prestataires de service ont adopté une autre tactique : tenter de présenter les enjeux de manière plus attractive, en termes de gains économiques par exemple. Dans ces cas-là, l’efficacité énergétique est devenue synonyme de baisse de la facture, englobant baisse de consommation et baisse de prix. Cette conception a conduit des fournisseurs de services énergétiques à se muscler en analyse d’offres et de factures ainsi qu’en négociation de prix.

La réponse aux consommateurs désireux de s’engager dans une performance durable, avec des visées économiques, bien sûr, mais aussi environnementales, a donné lieu à des offres de plus en plus complètes et complexes :

  • Processus d’amélioration continu de la performance
  • Évolution des équipements et process consommateurs d’énergie avec, souvent, l’offre de financement nécessaire
  • Conception, installation et exploitation d’une génération d’énergie sur site etc…

Ces offres peuvent être couplées avec des solutions d’optimisation tarifaire ne se limitant pas à une relecture de la facture ou à une renégociation des prix mais intégrant une planification des consommations, le recours au stockage ou encore la valorisation des flexibilités.

Dans ce dernier cas, l’efficacité énergétique conduit à une redéfinition complète des systèmes énergétiques et de leur gestion et les prestataires de services compétents englobent des capacités d’ingénierie et d’exploitant.

A la lumière de ces quelques lignes, on comprend mieux la cacophonie qui règne autour de la notion d’efficacité énergétique. Mais la diversité des niveaux d’engagement conduira toujours certains acteurs à développer des offres minimalistes pas forcément exigeantes en termes de compétences.

Recevez chaque trimestre les articles du blog: 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.