Des élections européennes essentielles pour l’énergie

Les élections européennes révèlent des enjeux plus importants pour l’énergie qu’on ne pourrait penser à première vue.

L’Europe est à la croisée des chemins.

D’une part, les électeurs pensent qu’elle n’a ni projet politique, ni projet économique, ni projet sociétal. La volonté de repousser ses frontières en intégrant de nouveaux pays, pour les soustraire à une possible influence russe, accroit l’hétérogénéité des pays membres, de leurs besoins, de leurs aspirations et la rend plus difficile encore à diriger. Rien d’étonnant dans ces conditions que l’Europe soit perçue comme lourde, complexe, que certains peuples s’en détournent et que des mouvements politiques mobilisent des électeurs contre elles.

Dans cette Europe, l’énergie n’échappe pas à la règle. Par une approche très technocratique, très structurée, la politique énergétique européenne est presque réduite à des objectifs chiffrés. Quelques collaborations se focalisent sur les domaines de la recherche et des expérimentations mais, dès que décisions et actions sont à l’ordre du jour, nous nous recentrons sur notre périmètre national.

Je suis toujours très surpris de la méconnaissance de mes clients quant aux avancées déjà réalisées chez leurs voisins européens et des bénéfices qu’ils pourraient en tirer.

D’autre part, les USA, et les pays portant au pouvoir des dirigeants et des gouvernements d’une même mouvance, laisse à l’Europe un immense champ libre. Une part du leadership mondial a été abandonné. Leurs enjeux se recroquevillent sur des considérations très court terme mais ceux, si importants pour nous, de protection de l’environnement, de lutte contre le dérèglement climatique, de préservation de la biodiversité sont relégués au second plan. Or, ils sont porteurs de valeurs et d’une vision du monde qui pourraient donner un nouvel élan aux projets économiques et sociétaux.

En Europe, la plupart des gouvernements nationaux, enfermés dans des logiques très locales, n’ont pas pris la mesure de ces enjeux. Pourquoi laisser la Chine occuper cet espace libre ?

Les élections européennes à venir offrent aux candidats audacieux de proposer un projet différent, mettant au centre de la politique la protection de notre planète avec toutes les conséquences et les bénéfices à tirer de cette orientation en matière de santé publique, d’habitudes alimentaires, d’agriculture, d’emploi, de dynamisme industriel, de transports et, bien sûr, d’énergie.

Je suis convaincu qu’en matière énergétique, l’Europe de l’énergie est tout aussi indispensable que le développement de dynamiques plus locales, dans les villes par exemple.

Un tel projet, porté à l’échelon national, serait, bien sûr de bon augure mais sa proposition à l’échelle européenne garantirait des résultats plus durables et une action plus en profondeur.

Un tel projet induirait des transformations majeures du monde de l’énergie : un renforcement des structures et entités européennes (au niveau des régulateurs, des réseaux de transport ou de distribution), une stimulation et un engagement plus important des villes et des régions, une évolution progressive du rôle et de la mission des acteurs historiques, une plus grande adaptation des politiques publiques à la géographie, aux différents besoins des ménages et des acteurs économiques, à l’héritage de l’histoire.

Peut-on vraiment résoudre l’équation climatique sans transformation profonde ? Nous avons pour cela à faire le deuil de nos acquis. Comme chaque deuil, celui-ci sera douloureux et fait peur, mais il débouchera sur un cadeau caché : peut-être une économie redynamisée, des sociétés plus apaisées, bref, ce qui peut être les fondements d’un vrai projet européen.

Profitons donc de l’espace qui nous ai offert aujourd’hui : il sera éphémère et la prochaine opportunité pour faire briller l’Europe risque de se faire attendre.

Recevez chaque trimestre les articles du blog: 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.